Les fonds d’actions chinoises grands gagnants de la crise

Gilles Petit

Sujets relatifs :

, ,
Les fonds d’actions chinoises grands gagnants de la crise

crédit photo : Denys Nevozhai, Unsplash

Très en vogue dans les présentations faites aux conseillers en gestion de patrimoine durant la première décennie des années 2000, la Chine est progressivement passée de mode. Elle mérite pourtant aujourd’hui toute l’attention des investisseurs à la recherche d’un solide moteur de performances pour l’avenir.

Usine du monde en raison de son important réservoir de main-d’œuvre, concurrent déloyal par la grâce d’une monnaie sous-valorisée face au puissant dollar américain, pays de tous les fantasmes commerciaux nés de l’émergence d’une classe moyenne, la Chine a fait couler beaucoup d’encre au début de ce XXIe siècle avant de rejoindre une certaine forme d’anonymat. Mais où en est-on vingt ans plus tard, alors qu’une pandémie dont l’épicentre a justement été l’Empire du Milieu vient de frapper durement le monde ?

De belles performances

« S’il y a un pays qui doit sortir plus fort de la crise, c’est bien la Chine », tranche sans conteste Xiadong Bao, gérant du fonds EDR China chez Edmond de Rothschild AM. De fait, les données macroéconomiques sont encourageantes. Comme le souligne Laetitia Baldeschi, responsable des études et de la stratégie chez CPR AM, « au total, le PIB chinois a cru de 2,3% sur l’ensemble de l’année, la Chine étant vraisemblablement le seul pays du G20 en croissance positive en 2020. »

Un bon résultat salué par la bourse locale puisque la moyenne des fonds d’actions chinoises est en hausse de 46,61% sur un an face à un CAC 40 en recul de 5,45% (performances arrêtées au 5 février 2021 par Quantalys). Le tout en enregistrant une volatilité divisée par deux par rapport à l’indice parisien.

Une consommation domestique en fort développement

Considérée encore par beaucoup comme l’usine du monde pour la production de produits à faible valeur ajoutée comme les masques chirurgicaux que nous utilisons dans notre vie quotidienne, la République populaire compte aujourd’hui une classe moyenne forte de 400 millions d’individus qui, s’ils ne peuvent plus se rendre en Europe pour consommer, peuvent toujours voyager à travers leur pays et profiter des zones de duty free dans des aéroports comme Shanghai, Pékin et Canton. Sans compter l’île de Hainan située à 3 000 kilomètres de Pékin. Cette station balnéaire est devenue cet été le plus grand duty free au monde permettant au pays d’inaugurer sa nouvelle stratégie économique reposant à la fois sur les exportations mais aussi et surtout sur sa consommation domestique.

Une montée en gammes des produits locaux

Pour continuer à faire croître la richesse nationale, les autorités locales comptent ainsi non seulement sur la hausse du pouvoir d’achat mais aussi sur la montée en gamme des produits locaux dans des activités aussi variées que les cosmétiques, l’automobile ou encore la robotique. Cette dernière a été rendue possible par l’apprentissage qu’ont permis les nombreuses délocalisations de sociétés étrangères dans le pays dirigé d’une main de fer par Xi Jinping. « La gigafactory Tesla de Shanghai a permis un transfert de technologies à la Chine qui est désormais le premier producteur de batteries de véhicules électriques au monde », précise Xiadong Bao. Ce dernier considère d’ailleurs comme fort probable l’arrivée de voitures électriques chinoises sur le marché européen dans un futur proche.

Ce dynamisme économique continue de favoriser la bourse chinoise. Depuis le début de l’année, les fonds spécialisés progressent en moyenne de 13,56% tandis que l’indice CAC 40 prend seulement 1,94%. Les investisseurs internationaux attendent en effet beaucoup des retombées du partenariat régional économique global que l’Empire du Milieu a signé en novembre dernier avec 15 pays d’Asie. Celui-ci a donné naissance à une vaste zone de libre-échange autour de l’océan Pacifique. De quoi alimenter encore un peu plus la croissance nationale.

Nous vous recommandons

Brexit : que deviennent les titres britanniques détenus dans un PEA ?

Brexit : que deviennent les titres britanniques détenus dans un PEA ?

Depuis le 31 décembre dernier, le Royaume-Uni est officiellement sorti de l’Union Européenne. Comment les titres britanniques vont-ils à leur tour sortir des portefeuilles des épargnants français ? Quelles sont les mesures prévues...

17/02/2021 | ActionsActus
Multi Family Office : Imani & You voit le jour

Multi Family Office : Imani & You voit le jour

« La Chine constitue une classe d’actifs à elle seule »

Interview

« La Chine constitue une classe d’actifs à elle seule »

Un tiers des Français épargnera plus cette année

Un tiers des Français épargnera plus cette année