Data centers : une classe d’actifs d’avenir

Manuelle Tilly
Data centers : une classe d’actifs d’avenir

© Adobe stock

Nombreux d’entre nous utilisent désormais Zoom, Teams, VPN, regardent des vidéos en streaming, font leurs achats sur des plateformes de e-commerce… Depuis peu, des affiches annoncent l’arrivée de la 5G dans les grandes villes françaises. Et pourquoi pas un jour celle de la voiture autonome. Toutes ces échanges de données requièrent une capacité de stockage et une connectivité toujours plus grande dont la réponse vient des data centers, une infrastructure composée de réseaux d’ordinateurs et d’espaces de stockage à destination des entreprises.

Cette classe d’actif immobilier dont on en parle encore peu devrait avoir un bel avenir en France. Le marché européen concentre aujourd’hui 20% de cette industrie, et devrait atteindre 25% en 2024. « Avec plus de 200 megawatt IT, Paris est aujourd’hui le 4e marché en Europe après Londres, Amsterdam et Francfort », explique Séraphin Bravard, Responsable du service Data Center de CBRE. A la Courneuve, l’hébergeur informatique Interxion est en train de construire un data center de 40 000m2 de salles informatiques et d’une puissance électrique installée de 85 megawatt IT, qui a requis pas moins d’1 milliard d’euros d’investissement.
Marseille, qui connaît un boom des installations, devrait suivre rapidement : « Avec 13 câbles sous-marins reliant notamment l’Afrique du Nord et le Moyen Orient, Marseille permet d’accéder à 3 milliards de personnes en quelques millisecondes, offrant ainsi un fort potentiel de développement », explique Séraphin Bravard.

80% des coûts d’un data center sont liés à son exploitation
Positionné sur ce marché de niche en forte croissance, CBRE accompagne les investisseurs institutionnels cherchant à se positionner sur ce type d’actifs, ainsi que les sociétés locataires de data centers (Microsoft, IBM, Amazon, etc).
80% des coûts d’un data center proviennent de ses équipements et de son fonctionnement : alimentation et consommation électrique, systèmes de refroidissement (avec un fort développement du free cooling), équipements informatiques, et systèmes de sécurité. Seuls 20% sont liés à la part immobilière.
En plein développement, la construction et l’exploitation des data centers est une nouvelle classe d’actifs à suivre. « Nous avons livré 150 megawatt IT en 2020, et tablons sur 400 cette année. Ce type d’actifs pourrait offrir un taux de rendement entre 3 et 4% à l’avenir pour un investissement d’une durée de dix ans », précise François Le Levier, Directeur des Investissements Industriel & Logistique au sein de CBRE.


Nous vous recommandons

Brexit : que deviennent les titres britanniques détenus dans un PEA ?

Brexit : que deviennent les titres britanniques détenus dans un PEA ?

Depuis le 31 décembre dernier, le Royaume-Uni est officiellement sorti de l’Union Européenne. Comment les titres britanniques vont-ils à leur tour sortir des portefeuilles des épargnants français ? Quelles sont les mesures prévues...

17/02/2021 | ActionsActus
Multi Family Office : Imani & You voit le jour

Multi Family Office : Imani & You voit le jour

Les fonds d’actions chinoises grands gagnants de la crise

Les fonds d’actions chinoises grands gagnants de la crise

« La Chine constitue une classe d’actifs à elle seule »

Interview

« La Chine constitue une classe d’actifs à elle seule »