2020 : Qu'en retiennent les CGP?

La Rédaction

Sujets relatifs :

, ,
2020 : Qu'en retiennent les CGP?

Comment les CGP et leurs clients ont-ils vécu l’année 2020 ? Qu’en retiennent-ils ? Vers quels placements ont-ils dirigé leurs conseils ? Témoignages de trois professionnels.

« Une réelle appétence pour des investissements dans des fonds thématiques »
« J’ai choisi de me positionner sur des solutions de niche. En 2020, les Club deal immobiliers ont remporté du succès auprès mes clients qui sont principalement des chefs d’entreprise. Je leur propose ainsi des biens d’immobilier d’entreprise qui ne sont pas sur le marché pour une durée d’investissement de cinq ans en général. Pour des stratégies plus courtes de 24 à 30 mois, j’ai proposé des fonds de crowdfunding immobilier avec une dizaine de promoteurs ayant déjà des historiques afin de sécuriser les souscriptions. Autres niches : l’investissement privé et le non coté, plus rémunérateurs sur le long terme et surtout décoréllés des marchés financiers sur lesquels je constate une méfiance croissante au regard de la forte volatilité due à des éléments exogènes. J’ai également constaté une réelle appétence pour des investissements dans des fonds thématiques qui intègrent notre façon de produire, consommer et vivre. Ces thématiques m’ont donné l’opportunité d’échanger avec mes clients sur la manière dont ils appréhendent les mégatendances qui façonnent notre monde. Ces échanges renforcent la relation de proximité avec mes clients et participent à me positionner en tant que partenaire de réflexions sur les sujets patrimoniaux. Mon objectif en 2021 est de continuer à tisser ce lien privilégié avec un maître-mot sur les stratégies de placement : du sur-mesure et de la diversification. »
Florence Lemoine, présidente du cabinet FP Conseils à Paris

« Nous ne devons pas craindre les crises »
« Les périodes de crises systémiques comme celle que nous avons traversé en 2020 renforcent les liens avec nos clients qui ont besoin de communiquer et de comprendre pour prendre les bonnes décisions. Ils ont besoin d’une oreille attentive et les CGP sont là pour échanger et les accompagner. Nous ne devons donc pas craindre les crises en tant que professionnel du patrimoine. En termes d’arbitrage, nous avons orienté nos clients vers des fonds dynamiques sectoriels tels que la biotech, la robotique, le digital, l’intelligence artificiel, l’eau, etc. Nous avons dû les convaincre car les clients nous demandent toujours de les aider à acheter au plus bas mais lors des chutes de marchés financiers, ils se montrent attentistes dans un premier temps. Nous leur proposons donc d’investir de façon modérée et par étapes, pour parvenir à 20% de fonds dynamiques dans leur portefeuille. Certains clients haut de gamme se tournent également de plus en plus vers le private equity. En prenant un peu de recul, 2020 a été une année passionnante et stimulante car bien que difficile sur le plan humain, elle nous a obligée à évoluer et à faire preuve d’imagination et d’adaptabilité pour trouver des solutions. Aujourd’hui j’aborde 2021 sereinement sur le plan professionnel. Il y aura certes encore des difficultés à surmonter, beaucoup de volatilité sur les marchés financiers, mais elle sera une fois encore source d’opportunités d’investissement, et c’est bien là que nos clients nous attendent. »
Jean-Philippe Mango, associé-gérant d’Evolia à Villeurbanne

« Une année pleine d’opportunités sur les marchés »
« Dans le contexte particulier que nous avons traversé en 2020, il fallait non seulement être réactif mais proche de ses clients afin de pouvoir leur expliquer les mouvements de marchés parfois extrêmement brutaux. Ceux qui avaient déjà traversé de précédentes crises financières ont su se montrer réactifs au mois de mars pour réinvestir sur les actions. 2020 a été une année compliquée mais également pleine d’opportunités notamment sur les marchés. Il y a certes eu un coup d’arrêt en mars mais le rebond qui a suivi a été très prononcé. Selon le profil de leurs portefeuilles, j’ai conseillé dans un premier temps à mes clients de privilégier des fonds européens ou américains couverts contre le risque de change puis asiatiques dans un deuxième temps.  Vers la fin de l’année, des arbitrages ont été réalisés vers les fonds small caps européens qui devraient profiter de la décote historique par rapport aux larges caps. 2021 sera à mon sens plus compliqué en termes d’investissement avec des inconnus qui demeurent : l’efficacité du vaccin et la date de reprise à une vie normale. La retraite est également un sujet que je compte creuser davantage afin de déceler les opportunités. »  
Dominique Toulemonde, présidente du cabinet Lazio Conseil à Neuilly-sur-Seine

Nous vous recommandons

SCPI : collecte et rendement au rendez-vous

SCPI : collecte et rendement au rendez-vous

Malgré une pandémie mondiale et un contexte plus qu’éprouvant, en 2020, les SCPI sont parvenues à collecter 6,03 milliards d’euros, selon les dernières statistiques publiées par l’Aspim-IEIF. Si ce chiffre apparaît en recul de...

07/04/2021 | SCPIPierre-papier
Frédéric Schatzlé, une carrière consacrée aux sportifs professionnels

Portrait

Frédéric Schatzlé, une carrière consacrée aux sportifs professionnels

Nomination : Vincent Dubois, nouveau président de l’Apeci

Nomination : Vincent Dubois, nouveau président de l’Apeci

Occur, le réseau social des acteurs du patrimoine

Occur, le réseau social des acteurs du patrimoine